Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de club athletisme bar-bayel CABB
  • Le blog de club athletisme bar-bayel CABB
  • : club athlétisme Bar sur Aube Bayel CABB
  • Contact

Profil

  • nono
  • Club d'athlétisme
Running
course sur route
marathon
école d'athlétisme
compétition
cross
  • Club d'athlétisme Running course sur route marathon école d'athlétisme compétition cross

Texte Libre

Rechercher

Archives

18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 16:49
MON UTMB DE A à Z
MON UTMB DE A à Z

~~ A comme Ambiance de folie au moment du départ le vendredi 28 aout 2015 à 18H00. Gagné par l’émotion, me voilà parti pour 170km, enfin je l’espère.

 B comme Bertone (km84) : en arrivant au refuge Bertone après une difficile ascension sous la chaleur depuis Courmayeur, j’essaie de reprendre du courage pour la suite.

 C comme Confiance : cela ne fut pas toujours évident de garder la confiance en soi, de me dire que je vais rejoindre l’arrivée alors que parfois je me demande ce que je fais là !

 D comme Défi : non, l’UTMB n’était pas un défi pour moi mais ce fut une grande aventure.

 E comme Eprouvant : oui c’est éprouvant 170km autant moralement que physiquement et il faut toujours avoir en réserve des pensées positives.

 F comme Fatigue : j’ai dû lutter vraiment contre cette irrésistible envie de dormir surtout la seconde nuit qui m’a parue bien longue. Ce fut vraiment pénible à gérer. 

G comme Grand col ferret (km101) : la barrière des 100km est passée et nous voilà maintenant en Suisse, direction Champex ou je pensais arriver à la tombée de la nuit ! Ce sera raté avec plus d’1H30 de retard sur ma prévision.

 H comme Hallucination : la seconde nuit, je commence à être victime d’hallucinations. Bon, je n’ai pas vu d’éléphants roses mais je pensais voir des choses comme des outils sur le sol. Sur la fin du parcours, je crois reconnaitre aussi ma sœur et mon frère qui n’étaient pas présents sur l’UTMB. C’était surement une façon à eux de m’encourager. 

I comme Italie. La descente technique sur Courmayeur sera sans doute le plus beau souvenir du parcours. L’accueil des italiens fait toujours aussi plaisir. Le temps de 40min, j’en profite pour me changer de la tête au pied et manger avant de repartir sous une grosse chaleur. 

J comme Je ne sais pas ce que je fais là ! Eh oui, cela a résonné plus d’une fois dans ma tête. Je finissais par me dire que j’étais toujours en course et que bien d’autres avaient jeté l’éponge.

 K comme Kilomètre : ils ont beau défilé mais 170km c’est très long. En repartant de Champex, il me reste encore 45km, plus de 11 heures d’effort ! Je sais que ça va être long, très long ! Il fait nuit et l’envie de dormir va se faire sentir.

 L comme La tête aux vents (km159) : ça y est, la dernière ascension est terminée. Maintenant ça descend quasiment tout le temps mais en ce début de matinée, je me sens vraiment épuisé et je lutte pour ne pas dormir en m’accrochant au rythme de ceux qui me précèdent. 

M comme Merci à tous ceux qui m’ont suivi et encouragé de loin en m’envoyant des sms d’encouragements. Un grand merci à Céline, Camille, Paul et Guillaume présents aux ravitaillements de Trient et Vallorcine.

 N comme Notre Dame de la Gorge (km35) : il est quasiment minuit quand nous passons à cet endroit. Cela fait 6 heures que nous sommes partis et les choses sérieuses commencent avec la longue ascension du col du bonhomme où avec Max et Pierre, nous dépassons pas mal de concurrents.

 O comme Oh là la, on ne s’émerveille jamais assez de la beauté de la montagne. Je n’oublierai pas ce couché de soleil au-dessus de St Gervais et le crépuscule au sommet du col de la Seigne.

 P comme Pierre avec qui nous avons réussi à parcourir 135km ensemble. J’aurai vraiment aimé que nous franchissions la ligne d’arrivée ensemble mais le principal est d’avoir terminé tous les deux, sans oublier Max qui fait une très belle course et David qui a géré pour terminer dans les temps. 

Q comme Quelque part : on est toujours quelque part mais on ne sait pas toujours où on en est. C’est cela la magie de l’ultra ! 

R comme Raisonnable : il faut savoir l’être en s’alignant sur des ultras de 170km et plus de 40 heures de course. Et franchement je ne me vois pas faire plus longtemps donc y aura pas de diagonale des fous. 

S comme Satisfait d’être finisher et on ne peut pas dire que c’était gagné d’avance où sur une course comme l’UTMB il y a plus de 35% d’abandons et ou parfois j’ai franchement douté d’aller au bout. Et puis, il y avait toujours cet abandon à la TDS il y a 3 ans qui restait dans un coin de ma tête !

 T comme Trient (km141) : quand j’y arrive en pleine nuit à 3h, que cela fait du bien de voir du monde que l’on connait. J’ai distancé Pierre dans la descente après la Giète et c’est sa femme Céline et ses trois enfants, Guillaume, Paul et Camille qui sont là pour m’accueillir ! Camille vient m’assister au ravito, je me pose tranquillement, mange un sandwich tout en discutant un peu avec elle et ça me fait du bien. En sortant, je croise Pierre qui arrive pour se ravitailler. Je lui dis que je ne peux pas l’attendre, que j’ai envie de finir au plus vite. Il comprend. 

U comme Ultra : cela se confirme, l’Ultra c’est plus fort que toi ! 

V comme Vallorcine (m151) : après avoir monté jusqu’à Catogne, dans la longue descente qui mène à Vallorcine, je n’arrête pas de doubler mais à 6H du matin, lorsque la fatigue revient et que j’arrive enfin au ravito, je dis à Céline qu’il faut que je dorme un peu. C’est elle qui m’assiste et comme il n’y a pas de place pour dormir à l’intérieur, elle me propose d’aller m’allonger dehors dans une couverture à la sortie du ravito. Je vais juste me reposer 10min mais comme j’ai dans la tête de vouloir terminer, je vais alors repartir en me disant que j’y suis presque ! Cette dernière partie de 18km, je l’a connais puisque nous l’avons repéré avec Pierre au mois de Juillet. Autant dire que je sais ce qui m’attend. 

W comme Waouh : profites, profites bien me lance un finisher de l’UTMB dans le dernier km. Céline, Guillaume, Paul et Camille sont là aussi. Je passe au milieu de la foule qui scande mon prénom et l’émotion me gagne de plus en plus alors je me lâche juste avant la ligne d’arrivée en tournant plusieurs fois sur moi-même. Putain je suis finisher quand même !

 X comme X-Men : ah oui j’aurai aimé parfois être un super héros et m’envoler du haut du grand col Ferret jusqu’à Champex ! 

Y comme Yesssssssssssssss ! Je l’ai terminé cet UTMB.

 Z comme Zigzag dans l’ascension du col de la Seigne (km 60). Le jour ne s’est pas encore complètement levé et c’est le premier coup de fatigue. Un premier arrêt dodo s’impose avant de poursuivre pour une longue journée. 

Voilà en quelques lignes ce que j’ai pu ressentir ou vivre à différents moments, à différents endroits. L’UTMB restera pour moi un super souvenir même si la notion de plaisir fut rarement perceptible.

seul au monde ?

seul au monde ?

finisher!

finisher!

MON UTMB DE A à Z
MON UTMB DE A à Z

Partager cet article

Repost 0
Published by bartrailer - dans trail
commenter cet article

commentaires